lundi 14 juillet 2008

CHÂTEAU L'ATTENTE


CASTLE WAITING

CHÂTEAU L'ATTENTE )


Mot de l'éditeur:
"Souvent présenté comme "un conte de fée féministe", Château l'Attente est considéré comme l'un des meilleurs romans graphiques américains dans l'univers du fantastique. Destiné aux enfants comme aux adultes, Château l'Attente est un conte de fées sans chevalier à l'armure étincelante, sans princesse à sauver, sans ultime bataille entre les forces du Bien et du Mal, mais avec des personnages confrontés au quotidien dans un monde peuplé de fées, de lutins, et de monstres en tout genre.
Château l'Attente raconte l'histoire d'un château isolé, abandonné, et de ces excentriques habitants qui vont lui redonner vie. L'histoire commence avec une version revisitée de La Belle au Bois dormant. Après le départ de celle-ci et de son Prince Charmant, le château quasi abandonné devient un hâve de paix pour les parias et les exclus….

Linda MEDLEY


CHÂTEAU L'ATTENTE

CHÂTEAU L'ATTENTE - VOLUME 2

dimanche 13 juillet 2008

LES MOTS ÉTRANGERS


LES MOTS ÉTRANGERS

Présentation de l'éditeur
"Grec par ses parents, Français par ses enfants, Vassilis Alexakis se promène depuis près de trente ans d'une langue et d'un pays à l'autre.
Pourquoi a-t-il donc éprouvé un jour le besoin d'apprendre et d'écrire une langue supplémentaire : le sango, idiome africain peu connu, parlé en Centrafrique ? Il espère sans doute que cette troisième langue finira par le rajeunir. Il souhaite qu'elle l'aide à retrouver ses sensations d'enfant quand l'alphabet et la grammaire grecs l'impressionnaient. Et ses élans de jeune homme que le français a aussitôt enchanté et ravi.
Il doit bien y avoir encore une raison, plus secrète, la vraie raison qui l'aura décidé à mener aussi sérieusement ce projet, de Paris à Bangui, d'une île des Cyclades au lac des Sorciers... "

Une belle découverte que cet auteur, à travers ce roman qui met en scène un narrateur inspiré de l'auteur lui-même et saisi d'une obsession particulière pour une langue étrangère des plus exotiques et quasi inconnue : le sango, parlé en Centrafrique. Lubie qui permet au lecteur de découvrir, lui aussi, un pays et une culture sur lesquels il n'aurait jamais pensé se pencher sans l'entremise de notre narrateur.

Vassilis ALEXAKIS


LES MOTS ÉTRANGERS

vendredi 11 juillet 2008

AMKOULLEL, L'ENFANT PEUL


AMKOULLEL, L'ENFANT PEUL

Très bon moment de lecture avec ce livre d'Amadou Hampâté Bâ que je devais lire depuis des années sur le conseil de deux amis. Ravie de m'être lancée enfin et d'avoir tenu les 50 premières pages (où je peinais un peu à suivre les histoires de lignées et filiations), car ce récit devient très vite captivant une fois qu'on a trouvé nos repères. L'auteur révèle ici un talent de conteur indéniable à travers un style limpide et agréable.

J'ai beaucoup aimé l'avant-propos de l'auteur, qui met en condition son lectorat européen en le préparant à ce qui pourrait le dérouter et le rendre sceptique par rapport à la culture africaine et qui est pourtant très naturel et ordinaire chez eux, par exemple les rêves et prédictions qui font partie de la vie courante.

Par ailleurs, son topo sur l'emploi de l'expression "tradition africaine" est particulièrement éclairé, c'est en effet une erreur assez courante que de mettre tous les africains dans le même panier (c'est un peu comme considérer un japonais "chinois" sous prétexte qu'il fait partie du continent asiatique... en même temps, curieusement, je n'ai pas l'impression qu'on fasse ce type d'amalgame pour le continent américain... enfin bref, je m'égare...).

Amadou Hampâté BÂ


AMKOULLEL, L'ENFANT PEUL

mercredi 2 juillet 2008

PYONGYANG


PYONGYANG

Présentation de l’éditeur
"Après Shenzen, Guy Delisle a poursuivi son travail nomade d'animateur à Pyong yang, capitale de la Corée du Nord. Si ses sentiments vis-à-vis d'un pays totalement étranger se retrouvent d'un livre à l'autre, Pyong Yang présente en outre l'intérêt de donner des informations sur la vie quotidienne d'un des pays les plus secrets et les plus fermés du monde."

Mon dernier (gros snif) Guy Delisle dans la série Chroniques à l'étranger, après Shenzhen et Chroniques birmanes...

C'est donc à Pyongyang, en Corée du Nord, que nous séjournons cette fois-ci alors que Guy Delisle y supervise un studio d'animation, et si l'humour delislien est toujours au rendez-vous, on le sent ici plus excédé sur place, plus cynique dans le ton et plus engagé dans sa dénonciation d'un système oppressif au possible.

mardi 1 juillet 2008

PAROLES DE SOURDS


PAROLES DE SOURDS

Un superbe album collectif qui regroupe, sous forme de BD, des témoignages de malentendants et de leur entourage sur la façon dont ils vivent ce handicap.

J'ai trouvé ce recueil vraiment très instructif sur le quotidien des sourds, il y a vraiment des choses dont je ne m'étais jamais rendue compte, par exemple sur le problème de l'information sur le SIDA des personnes sourdes, inexistante avant la création de AIDS SOURDS en 1989, ou encore le déroulement des consultations médicales parmi bien d'autres choses. A ce sujet, je ne savais pas non plus que l'interprète des sourds était soumis à un code déontologique précis qui l'oblige à respecter intégralement et rigoureusement la parole du sourd face à son interlocuteur (pas de réinterprétation possible de ses paroles donc, pas de divulgation des "préalables", quelque soient les conséquences), ce qui amène à des situations très délicates (très drôle ce récit au passage).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...