mardi 29 octobre 2013

LIAR GAME - TOMES 12 ET 13


LIAR GAME - TOMES 12 ET 13

Je viens de réaliser que ça fait plus de deux ans que j'ai commencé cette série et qu'à ce jour, je n'en suis qu'au tome 13 et elle est encore en cours d'écriture, ou de traduction (parution du tome 16 en novembre !!).

Ça commence à faire longuet, surtout qu'ici, le "jeu des chaises musicales" qui a débuté à la fin du tome 10 ne se termine qu'au tome 13. Trois volumes donc autour de cette épreuve, qui, si elle m'a enthousiasmée au départ, a fini par me lasser un peu sur la fin à force de faire durer le suspense, et malgré le lot de retournement de situations propres aux épreuves du Liar Game, il est toujours impensable que le duo Akiyama/Kanzaki ne s'en sorte pas indemne.

jeudi 24 octobre 2013

TREMBLER TE VA SI BIEN


TREMBLER TE VA SI BIEN

traduit du japonais par Patrick Honnoré

"Aïe aïe", m'exclamais-je sur FB, "gloussements de dinde incontrôlés et rictus de hyène hilare dans le métro", alors que je découvrais cette terrible Yoshika dans toute sa splendeur ! Les toutes premières pages m'avaient pourtant fait frémir car je trouvais le style maladroit, j'avais l'impression que c'était mal écrit (mal traduit ? m'étais-je même demandée), et je craignais la mauvaise pioche dans ce qui m'avait pourtant paru un récit totalement dans mon créneau.
En fait, cette impression de mal écrit, c'est tout simplement la façon dont Yoshika s'exprime, un style très oral donc, direct et spontané. Elle s'exprime comme elle pense, sans calcul, le rendu est donc assez brut et souvent surprenant à en être interloqué, et en même temps, il se dégage de cette désinhibition une réelle fraîcheur. L'âme à nue, elle ne cherche ni à plaire, ni à convaincre, elle est à prendre telle quelle, et une fois que je l'ai accepté, j'ai trouvé ce récit tout bonnement hilarant !

WATAYA Risa


TREMBLER TE VA SI BIEN

lundi 21 octobre 2013

COMPLÈTEMENT CRAMÉ !


COMPLÈTEMENT CRAMÉ !

Comme j'ai rêvé de ce livre après m'être bien bidonnée avec Demain j'arrête ! du même auteur ! Danse de la joie et youloulou même, quand il est entré en ma possession. Frottements de mains en anticipant le temps passé dans les transports accompagnée de cette lecture qui me divertirait sans nulle doute de la grisaille parisienne. Sans compter que j'ai souvent lu que les lecteurs de ces deux romans avaient préféré celui-là au précédent. Ce dernier abordait avec un humour fort cocasse les turpitudes d'une jeune trentenaire bien de notre temps. Rien de très fin, plutôt léger, mais efficace dans sa mission de divertir. Ça me convenait.
Celui-ci annonçait le même type d'humour, autour de cinquantenaires cette fois-ci, avec en bonus plus dans le rôle principal, un entrepreneur anglais débarquant en France pour se faire engager comme majordome. Ça pouvait en effet être drôle et amusant. Grandes attentes donc tout en situant bien ce roman dans la catégorie léger, divertissant, sans plus.

lundi 14 octobre 2013

PLUTO - TOMES 1 ET 2


PLUTO - TOMES 1 ET 2

Me voilà de nouveau embarquée dans une énième série manga... Mais celle-ci, ça faisait un moment qu'elle était dans ma LAL, sa réputation aidant, et huit tomes en tout, c'est gérable !

Ce n'est pas sans appréhension que je me suis embarquée dans cette lecture cela dit (j'avais d'ailleurs limité les emprunts aux deux premiers tomes, persuadée que cela serait suffisant), la notion de "thriller palpitant" annoncée en couverture ne surpassait pas ma crainte de lire une intrigue qui m'avait l'air chaotique, violente (impression en feuilletant rapidement), avec un univers très masculin, et qui semblait avoir très peu à m'offrir en fin de compte.

C'était sans compter la mystérieuse magie des mangas qui, à 90%, arrivent toujours à me captiver quoiqu'ils racontent, car dès les premières pages, toutes mes appréhensions se sont envolées pour faire place à une grande curiosité pour cette intrigue qui se développait sous mes yeux.

URASAWA Naoki


PLUTO - TOMES 1 ET 2

PLUTO - TOMES 3 ET 4

PLUTO - TOMES 5 ET 6

PLUTO - TOMES 7 ET 8

jeudi 10 octobre 2013

HEADING OUT TO WONDERFUL


HEADING OUT TO WONDERFUL

( ARRIVE UN VAGABOND )

J'écrivais sur FB, deux minutes après avoir tourné la dernière page (enfin, cliqué le dernier clic) (lu sur Kindle...) :
"J'ai eu un passage "en mode dubitative" avec Arrive un vagabond, après lui avoir trouvé un certain charme au départ, et finalement, à la fin, je suis quand même assez remuée - en mode "hochement de tête approbateur et admiratif"."

La version extensive serait celle-ci :
Alléchée par les réactions d'une collègue qui s'enthousiasmait d'avoir enfin trouvé le livre qui ne lui tombait pas des mains depuis le début de l'année, soupirant du plaisir de lire cette écriture, ralentissant sa lecture au fur et à mesure qu'elle se rapprochait de la fin, il n'en fallait pas plus pour me décider à me plonger à mon tour dans ce roman qui, entre parenthèses, a eu le prix des lectrices Elle cette année.

Robert GOOLRICK


HEADING OUT TO WONDERFUL

dimanche 6 octobre 2013

SMALL WORLD


SMALL WORLD

traduit de l'allemand (Suisse) par Henri-Alexis Baatsch

Ça faisait longtemps que je voulais lire un Martin Suter, pas forcément ce titre mais il tombait bien puisqu'il compte 10 lettres (cf en bas de billet pourquoi cela avait son importance ^_^).
Voilà qui est fait donc et je dois dire que je suis agréablement surprise de cette découverte. Martin Suter a l'art de raconter simplement sans jamais vous lasser, alors même que vous ne savez pas bien où vous allez atterrir. Son univers est confortable, et tout en créant un climat de confiance, de petit récit tranquille, il sait donner à son intrigue des airs de thriller en y distillant des interrogations et des doutes qui vous effleureront, puis s'insinueront de plus en plus dans vos pensées.

Martin SUTER


SMALL WORLD

mercredi 2 octobre 2013

LA BANDE DESSINÉE


LA BANDE DESSINÉE

Bastien Vivès a encore frappé avec ce tome 6 de sa série BD poche où il se plaît, avec cynisme, dérision, et loin des conventions, à se plier à une petite étude sociologique de nos contemporains, des plus inattendues et farfelues.

C'est la bande dessinée qui est passée au crible cette fois-ci, et vraiment, je ne m'attendais pas à ce que ça puisse être aussi drôle ! L'auteur n'hésite pas à se mettre en scène avec auto dérision, en n'étant franchement pas tendre avec lui-même et en se prêtant même un rôle d'auteur indigne (l'épisode de la dédicace est juste excellent !), preuve en est qu'il faut vraiment aborder cette série au 100è degré.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...