dimanche 29 décembre 2013

2013 en bref et prévisions 2014


2013 en bref (mouahaha, je ris après avoir terminé mon billet - faudra que je revois la notion du bref...), c'est le déménagement de mon ancien blog sur cette nouvelle plateforme. Le procédé étant longuet et rébarbatif vu que je rapatrie chaque article un par un, j'ai arrêté le transfert il y a 6 mois par là. Résultat, il me reste près de 2/3 de l'ancien blog à déménager. Ceci se fera au fur et à mesure, sur 10 ans s'il le faut... Rien ne presse plus vraiment, ce blog a à peu près retrouvé la structure de l'original, des livres en moins certes, mais cela me convient ainsi pour l'instant.

Conséquences de tout cela, moins de lectures au premier semestre, ceci allié en plus à un ralentissement général de l'activité de lecture par manque de temps, de concentration, d'envie aussi. À trop voir de livres à portée de main dans mon environnement professionnel, ça m'avait, bizarrement, repue des livres. Heureusement, je suis en train de guérir de cette étrange maladie et les envies de lecture sont de nouveau bien là, même si le temps me fait toujours défaut...

jeudi 26 décembre 2013

LE SINGE DE HARTLEPOOL


LE SINGE DE HARTLEPOOL

Ça faisait longtemps que j'étais curieuse de cette BD qui avait soulevé un enthousiasme général sur la blogo, et je dois dire que j'en attendais énormément, sans savoir quoi précisément, mais je ne doutais pas que j'aurais moi aussi un coup de coeur.

Je le repère enfin à la bib', et là, première déconvenue, je ne le trouve pas très épais. Bon, ça m'arrangeait qu'il ne fasse pas 500 pages mais il me semblait que j'allais le finir en 30 minutes (je me suis même tâtée à le lire sur place), et un coup de coeur en 30 minutes, j'avais un doute. Je feuillette, deuxième déconvenue, peu de dialogues, beaucoup d'images muettes dans des cases assez larges. Bon, ça m'arrangeait aussi qu'on ne soit pas dans le blabla mais bon, là ce n'était plus à 30 minutes que j'évaluais la lecture, mais à 20 minutes en comptant large. Un coup de coeur de 20 mn ? Ça me paraissait franchement court pour pouvoir développer toute la batterie d'émotions qui mènent vers le cri du coeur.

Wilfrid LUPANO


LE SINGE DE HARTLEPOOL

LES VIEUX FOURNEAUX - 1

UN OCÉAN D'AMOUR

lundi 23 décembre 2013

L'INGÉNIEUX HIDALGO DON QUICHOTTE DE LA MANCHE - 2


L'INGÉNIEUX HIDALGO DON QUICHOTTE DE LA MANCHE
TOME 2

traduit de l'espagnol par Louis Viardot


Comme je m'étais régalée avec le tome 1, il était impensable que je n'enchaîne pas avec le tome 2 un jour ! C'est chose faite grâce à cette lecture commune avec Keisha, et du coup, youloulou danse des fesses, je peux dire que j'ai enfin lu cet incontournable de la littérature espagnole qui était en projet LAL depuis bien 15 ans ! (comme quoi, il n'est pas impossible que j'arrive au bout de mes PAL/LAL avec un peu de patience^^)

Don Quichotte donc, c'est ce vieil hidalgo qui se croit investi du devoir de "ressusciter et de rendre au monde l'ordre oublié de la chevalerie errante" en se dédiant à la "défense des royaumes, la protection des demoiselles, l'assistance des orphelins, le châtiment des superbes", ceci car il a trop lu de romans sur le sujet et qu'à force, cela lui a cuit le cerveau.

samedi 21 décembre 2013

LE SILENCE DE NOS AMIS


LE SILENCE DE NOS AMIS

Voilà une BD estampillée "coup de coeur de la bibliothèque" dont le titre m'a tout de suite attirée tellement il est parlant, évocateur. Il est en fait extrait de cette citation de Martin Luther King :

"Au bout du compte,
nous ne nous souviendrons
non pas des mots de nos ennemis...
... mais du silence de nos amis."

Le résumé de l'éditeur m'a ensuite convaincue que cette BD allait me passionner par son sujet :
"Houston, 1967. En plein mouvement des droits civiques, Jack, reporter cameraman blanc pour une chaîne locale, se lie d'amitié avec Larry, un jeune professeur noir. Les deux hommes et leurs familles vont tenter de se rapprocher malgré les préjugés de toute une société, alors en proie à de grands changements. [...]

Nate POWELL


LE SILENCE DE NOS AMIS

dimanche 15 décembre 2013

LES ÉVAPORÉS


LES ÉVAPORÉS

Un livre qu'il me tardait de lire, dont j'ai souvent entendu le plus grand bien, et dont le sujet ne pouvait que me parler puisqu'il porte sur le Japon ! Le teaser sur le bandeau de la couverture rendait par ailleurs le sujet assez intrigant :
"Ici, lorsque quelqu'un disparaît, on dit simplement qu'il s'est évaporé."

Je ne m'attendais pas vraiment à ce type de récit dont le genre est assez indéfinissable, à mi-chemin entre documentaire social et fiction, enquête policière et histoire d'amour, le tout empreint d'une certaine sensibilité, et je dois dire que dans l'ensemble, je suis plutôt agréablement surprise même si je suis loin de la révélation et du coup de coeur. Le récit se lisait bien, j'y trouvais beaucoup d'éléments instructifs et intéressants, mais j'étais toujours un peu dans l'attente de quelque chose.

Thomas B. REVERDY


LES ÉVAPORÉS

mercredi 11 décembre 2013

L'ANNÉE DU LIÈVRE - TOME 2


L'ANNÉE DU LIÈVRE

               TOME 2 - NE VOUS INQUIÉTEZ PAS

Pour bref rappel, à travers cette trilogie (le tome 3 est à paraître), Tian, l'auteur, raconte l'histoire de sa famille sous le régime des Khmers rouges. Comme bien d'autres familles cambodgiennes, ils sont contraints de quitter Phnom Penh en avril 1975 quand les khmers rouges s'emparent du pouvoir et s'appliquent à purger le pays de ses anciennes élites et de sa population bourgeoise et intellectuelle. Démunis et forcés à l'exode dans les campagnes, survivants dans la confusion, nos exilés réalisent que leur vie est menacée par ce nouveau pouvoir en place.

Dans ce tome-ci, nos familles ont été déportées dans un village par la milice khmère afin d'être rééduquées selon la doctrine imposée par Angkar (l'organisation).

dimanche 8 décembre 2013

UNDER THE DOME


UNDER THE DOME

( DÔME )

Ça faisait une plombe que je n'avais pas ouvert un Stephen King, un peu plus de 10 ans environ, alors qu'il fut un temps où je me frottais les mains à la vue d'un de ses titres.
Je garde encore un souvenir fort de Misery, Simetierre, La part des ténèbres, Le fléauLa ligne verte, j'en passe, sans oublier les livres publiés sous sous pseudo Richard Bachman. J'avais adoré Les régulateurs, La peau sur les os, entre autres. C'était l'époque du grand King. Un grand talent de conteur, une imagination débordante, un maître du thriller qui a l'art de faire palpiter le coeur du lecteur.
Puis, dans le milieu des années 90, je commençais à trouver ses oeuvres un peu trop commerciales et creuses, je n'y retrouvais pas l'esprit King. Je me souviens du dernier qui m'avait déçue et fait tourner définitivement la page, Sac d'os.

mercredi 4 décembre 2013

COMMENT TROUVER L'AMOUR À CINQUANTE ANS QUAND ON EST PARISIENNE


COMMENT TROUVER L'AMOUR À CINQUANTE ANS QUAND ON EST PARISIENNE

(ET AUTRES QUESTIONS CAPITALES)

Voilà un livre que j'avais repéré chez Keisha il y a quelques mois et dont le titre s'est tout de suite imprimé dans ma tête comme "à lire absolument" (en même temps, c'était un ordre de Keisha, et les ordres de Keisha, c'est comme des ordres de Jedi des fois...).

Un titre on ne peut plus attractif quand on est soi-même parisienne et que le sujet est une des plus grosses préoccupations de la capitale (hormis le prix d'un peu tout), quelque soit l'âge. Preuve en est, j'ai tout de même mis sept mois à mettre la main dessus à la bib' car il était toujours emprunté alors qu'il est dans pas moins d'une vingtaine de bib' parisiennes !

Pascal MORIN


COMMENT TROUVER L'AMOUR À CINQUANTE ANS QUAND ON EST PARISIENNE

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...